Nous contacter

Future of Work by Sharp

Paris, 19.07.2021
Pour encourager leurs employés à se rendre plus fréquemment au bureau, les employeurs devront mettre à leur disposition davantage de technologies ainsi que des solutions optimisées et plus variées. Un nouveau rapport de Sharp incluant l’analyse d’une universitaire experte s’intéresse à l’impact de la pandémie sur les points de vue et attentes des employés quant aux lieux et à leurs modes de travail.

Pendant plus d’un an, le télétravail a été la norme en Europe. Pour beaucoup, ce modèle devrait même perdurer jusqu’à nouvel ordre. Un nouveau rapport [1] de Sharp, fournisseur leader de produits et services technologiques pour les entreprises et organisations européennes, révèle que les employés sont plus que prêts à effectuer un retour au bureau quelques jours par semaine. Cette étude met également en évidence un certain nombre d’exigences auxquelles les employeurs devront répondre pour promouvoir la productivité et la positivité dans l’environnement de travail du futur, en particulier auprès des moins de 30 ans.


Menée auprès de 6 000 employés de PME en Europe, cette nouvelle enquête montre l’impact que la pandémie de la COVID-19 a eu sur les besoins des collaborateurs, et révèle leurs attentes quant aux méthodes de travail de demain.

Suite à une période de télétravail forcé, près de 3 personnes sur 5 (58 %) affirment que le fait de travailler dans un environnement professionnel dynamique a pris de la valeur à leurs yeux. En outre, plus de la moitié des personnes interrogées (55 %) mentionnent l’importance d’être en mesure de rencontrer et de travailler au plus près de leurs collègues.

Interrogés quant à leur méthode de travail privilégiée pour l’avenir, les participants espagnols et néerlandais sont les plus favorables au télétravail à temps plein. À l’inverse, le travail à temps plein en présentiel est plus populaire en Pologne et en Italie. Mais dans l’ensemble, les professionnels européens sont néanmoins en accord sur un point — celui de la nécessité d’équilibrer le travail hybride, à savoir travail au bureau et à distance. Cette approche hybride séduit en effet la majorité des participants à l’étude dans tous les pays.


Cependant, malgré l’intérêt manifeste pour un retour sur le lieu de travail, certains éléments sont susceptibles de décourager les professionnels. Les cinq principales raisons : 

  • L’absence de technologies adaptées
  • La disposition restrictive de l’environnement professionnel
  • Le partage de locaux avec d’autres entreprises
  • L’obligation d’emprunter les moyens de transport / un environnement fade et peu inspirant
  • Le manque de diversité des espaces de travail et de réunion

L’expérience du télétravail a été différente selon les pays. Les répondants sont donc divisés quant à leurs attentes les plus importantes. La capacité à rencontrer et travailler à proximité de collègues est un critère plus important en France (87 % des personnes interrogées, tandis que la possibilité de travailler à des horaires flexibles) est la priorité des Polonais (71 %) et des Britanniques (63 %).

Sharp a publié les résultats de ses travaux de recherche dans un nouveau rapport portant sur les PME européennes, et développé avec le soutien de Viola K. Kraus, psychologue s’intéressant à l'avenir du monde professionnel. Cliquez ici pour télécharger gratuitement notre guide et découvrez notre infographie associée en cliquant ici. Il inclut des conseils pour soutenir les projets des entreprises s’adaptant à la nouvelle donne post-COVID-19, ainsi que des recommandations quant au choix des meilleures solutions pour prendre en charge les nouvelles méthodes de travail.


« La notion d’environnement hybride (le mélange de travail à distance et en présentiel) a beaucoup fait parler », explique Viola K. Kraus. « Cependant, pour que ce modèle soit efficace, il est clair que la disponibilité des technologies, la capacité à en tirer le maximum, la formation en vue d’une collaboration efficace et l’aptitude des entreprises à entretenir la culture adéquate seront des paramètres essentiels. Comme c’était le cas à domicile, les technologies doivent être immédiatement accessibles aux employés, et ces derniers doivent pouvoir s’en servir efficacement en toute simplicité. La place qu’occupera le bureau sera définie dans les mois à venir, à mesure que nous nous adapterons à la nouvelle donne, et que les entreprises trouveront le bon équilibre quant aux lieux et modes de travail. »


Quant aux éléments susceptibles d’encourager les employés à passer du temps au bureau, la possibilité de rencontrer leurs collègues et les opportunités de sociabilisation représentent des priorités, tout comme le fait de s’assurer qu’ils puissent accéder aux toutes dernières technologies.

« La volonté de faire revenir les salariés sur le lieu de travail est manifeste », déclare Magali Moreau, Directrice Marketing & Communication. « Cependant, il est important de tenir compte des attentes et besoins des employés pour garantir une transition progressive en douceur et trouver le bon équilibre entre télétravail et travail au bureau. L’heure est venue d’adopter des espaces, systèmes et comportements plus collaboratifs, afin de répondre aux besoins des professionnels d’aujourd’hui. »

[1] Enquête menée par Censuswide pour le compte de Sharp auprès de 6 018 employés de PME (10-250 salariés) au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Suède, en Italie et en Pologne

Contact

Nicolas MOUTIER | Laura BERRE
PR Manager
sharp@yucatan.fr

Social